Le blog officiel d'Arash Derambarsh

Élu LR de Courbevoie

Month: avril 2013

Arash Derambarsh dénonce le système OPHLM à Courbevoie

INFO Europe 1

Arash Derambarsh dénonce le système OPHLM à… par Arash_Derambarsh

– Un employé de la mairie aurait promis des logements à des personnes en difficulté en échange d’argent.

La mairie de Courbevoie a convoqué l’agent en conseil de discipline d’ici un mois… Aucune sanction immédiate mais une simple mise à pied.

Il est soupçonné d’avoir profité de la situation de faiblesse de plusieurs personnes. Un employé de la mairie de Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine, qui aurait réclamé de l’argent à des demandeurs de HLM a été mis à pied, a appris Europe 1.

Les victimes, en majorité des mères célibataires sans emploi, n’ont jamais bénéficié des logements promis.

Les victimes rencontrées par Europe 1 décrivent un homme qui leur parlait gentiment, « comme un père », et « qui semble connaître du monde ».

L’employé leur aurait réclamé jusqu’à 3.000 euros contre son aide pour obtenir un logement social plus rapidement.

« Il faut que je me ‘foute’ le feu ? » Dalo, mère célibataire de deux enfants, a donné de l’argent à cet employé. Mais juste après, l’homme disparait dans la nature et la jeune femme finit par comprendre qu’elle n’obtiendra pas l’aide promise. « Je suis allée à la mairie, ils m’ont dit qu’ils étaient au courant. Je suis fatiguée. Je leur ai dit : ‘je vais à l’Elysée, François Hollande il va me répondre, il va me donner à manger’. Ça fait un mois qu’on n’a pas mangé normalement, qu’on mange des céréales et du lait. Qu’est-ce que je dois faire ? Que je me ‘foute’ le feu ? », demande-t-elle, à bout d’espoir. La jeune femme a porté plainte et a décidé de se rendre à l’Elysée pour rencontrer le chef de l’Etat. Elle assure qu’elle n’en partira pas tant qu’elle ne l’aura pas vu.

Le député UMP Thierry Solere soutient Arash Derambarsh à Courbevoie

Le député UMP de Boulogne-Billancourt, Thierry Solere, soutient le Club « Courbevoie 3.0 » et Arash Derambarsh à Courbevoie.

Tribune de Arash Derambarsh dans le journal Libération : « L’humour, nécessité républicaine »

Tribune de Arash Derambarsh dans le journal Libération : « L’humour, nécessité républicaine »
Par Arash Derambarsh, juriste et homme politique.
Depuis mon enfance, dans ma ville de Courbevoie, mes parents m’ont éduqué en se préoccupant de valeurs républicaines, comme le vivre-ensemble. Or, ce pacte républicain semble se fissurer dans notre pays.
«Je vois le monde comme je suis, je ne le vois pas comme il l’est». Cette citation de René Char prend toute sa dimension à notre époque. En effet, chacun s’amuse, au point de rire, selon son point de vue, son vécu, son expérience, ses croyances et selon son éducation. Nous ne rions pas de la même chose au premier abord.
Mais pendant longtemps, chacun faisait un effort de tolérance, de compréhension et d’ouverture d’esprit. Chacun faisait un pas en avant pour comprendre l’humour de l’autre. Il est vrai que ce travail sur le rire est plus difficile que sur la tristesse. En effet, quoi de plus consensuel que la tristesse ?
Nous pleurons pour les mêmes raisons : la mort, une maladie, un incident, un échec ou une séparation. Mais si nous pleurons pour les mêmes raisons, nous ne rions pas pour les mêmes choses. Le rire est clivant. Tout dépend où se situent l’arroseur et l’arrosé. «On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui» affirmait Pierre Desproges.
Contre les crispations, accepter la dérision
Notre époque confirme cette crispation. Les caricaturistes, les humoristes, les saltimbanques et les troubadours marchent sur de la porcelaine. Un procès en diffamation, en injure publique ou pire, en discrimination raciale n’est jamais loin. Or, n’ont-ils pas vocation à tout remettre en cause ? Le sacré (la mort, le crime, la religion et Dieu) ne peut-il pas être égratigné voire critiqué par un pamphlet ou une satire ?
Une civilisation qui ne peut rire du sacré glisse dangereusement vers un chemin d’intolérance et de haine. Il faut savoir prendre le recul nécessaire pour accepter les nuances. Et la nuance la plus pertinente ne peut prendre la forme que de l’humour. Cela exige une certaine culture, un certain savoir et accepter la dérision.
La vie est si courte qu’elle mérite de ne pas être prise au sérieux. Cela signifie qu’on peut être sérieux sans se prendre au sérieux. Toutefois, l’humour ne doit pas blesser ni heurter car il n’a pas vocation à se moquer méchamment. Toute la difficulté consiste donc à réveiller, choquer, provoquer sans jamais heurter ni blesser.
Ce bras de fer est et demeurera éternel.

Courbevoie 3.0 – Arash Derambarsh : salle comble pour le débat sur les séniors à Bécon les Bruyères

senior5.jpg copyright : Cyrus Atory 
A-001.jpg copyright : Aymeric Gobert
A-019.jpg
C’est une centaine de personne qui s’est rendue à la quatrième édition du Club « Courbevoie – ville 3.0« .
La réunion-débat s’est déroulée le jeudi 28 mars 2013 au restaurant Don Luigi à Courbevoie, dans le quartier de Bécon les Bruyères. Au menu de ce rendez-vous mensuel : Les seniors, atouts de la jeunesse.
Avant d’échanger avec les différents intervenants, le président du club, Arash Derambarsh, rappelle les enjeux de ce club : « Courbevoie 3.0 est un club apolitique. Nous organisons une fois par mois dans les quatre coins de la ville de Courbevoie une réunion avec des intervenants qui ont une légitimité pour parler de sujets de société. Nous permettons aux gens de discuter et de converser, l’échange manquant cruellement aujourd’hui. Nous débattrons pendant trois-quarts d’heure sur les seniors. Cette thématique est une question majeure, la pierre angulaire même de notre société. L’intergénérationnel est essentiel. »
Le premier invité à prendre la parole est Philippe Nahon. Ce chef d’entreprise est investi de longue date dans la vie de la cité et dans la vie associative locale : « Je suis courbevoisien depuis plus de trente-cinq ans. Le problème des seniors est traité dans notre ville de différentes manières : sur le plan institutionnel, sur le plan municipal, et beaucoup sur le plan associatif. En France, le pays aux 400 000 normes, on a souvent tendance à vouloir légiférer. Je crains toujours que l’on normalise les seniors d’une manière ou d’une autre, une petite crainte qui s’est estompée ces dernières années. J’avais fait, en 2006, une étude pour un parti politique sur la fracture numérique intergénérationnelle. Je ne voyais pas bien comment elle allait se résorber ; au contraire, je la voyais probablement s’agrandir. Je dois dire, au fond, que les événements m’ont détrompé. Je sens que cette fracture numérique intergénérationnelle a tendance à décroître. »
Olivier Coredo, qui anime le débat, se tourne vers Olivier Cimelière : « Cette rupture numérique s’estompe-t-elle de plus en plus ? » Le président-fondateur de la société Heuristik Communication répond par l’affirmative : « Pendant longtemps à perdurer le mythe de seniors complétement à la rue en matière d’Internet et de réseaux sociaux. C’était un  truc de geeks, de jeunes, d’ados, de bidouilleurs informaticiens… Bref, c’était réservé à des gens agiles d’esprit et les seniors en étaient exclus. Cela a été vrai pendant un temps parce que l’adoption des réseaux sociaux et d’Internet a été un peu plus long.
Aujourd’hui, on bat complétement en brèche cette image, c’est terminé. Les seniors sont une catégorie de la population très active et les dernières études que j’ai pu relever sur le sujet, tant aux États-Unis qu’en Europe ou en France, montrent que c’est la catégorie qui enregistre la plus grande progression. Il y a bien sûr un effet de rattrapage, mais si on creuse un peu plus loin, on s’aperçoit que non seulement ils sont présents mais aussi actifs.
Voici quelques chiffres pour mesurer ce rattrapage : en 2009, les 50-64 ans représentaient en gros 14 % des utilisateurs et les plus de 65 ans 2 %. Trois ans plus tard, les 50-64 ans étaient à 22 % et les plus de 65 ans à 7 %. C’est donc une très belle progression et en France on note que plus d’un internaute sur trois a plus de cinquante ans. »
Olivier Cimelière précise par ailleurs que 80 % des seniors se connectent tous les jours. Leur motivation principale, pour 80 % d’entre eux, est de conserver une vie sociale, afin de rester au contact de la vie de la cité et de la famille. Pour 37 %, Internet est également une source d’information, en rapport avec leur tranche d’âge : finances (pour ceux qui ont des placements), santé et loisirs (voyages, activités, hobbies). Cette information a une forte dominante sociale. Ce n’est pas de l’information pour soi, on recherche du contact avec d’autres homologues seniors partageant les mêmes centres d’intérêt.
Olivier Coredo donne ensuite la parole à Najwa El Haïté, proche conseillère de Manuel Valls à Évry et actuelle directrice des affaires publiques du groupe de protection sociale Klésia: « Je voudrais vous faire réagir, Najwa, par rapport à votre expérience sur Évry. Quelles initiatives ont été mises en place dans votre ville ? »
Avant de répondre à la question, Najwa El Haïté indique qu’elle vient d’assister à un colloque, à la Caisse des dépôts et consignations, sur la thématique de l’emploi des seniors et rappelle que dans certaines entreprises, un salarié est désormais considéré comme senior à partir de 35 ans, alors que jusqu’à présent les DRH admettaient communément qu’on était senior à partir de 45 ans. On est toujours le senior de quelqu’un…
« Comme vous l’avez rappelé, j’ai été directrice de cabinet adjointe en charge – entre autres – des seniors et de l’action sociale à Évry. Dans cette ville, les seniors ont toujours été considérés comme un véritable atout. Nous avons notamment conclu une convention avec une association très dynamique de personnes retraitées qui s’engagent dans le domaine culturel en sensibilisant les plus jeunes, notamment issus de familles qui éprouvent des difficultés sociales.
Quand on parle de retraités, on pense tout de suite en France – et c’est particulièrement français – aux retraités inactifs et improductifs. À Évry, j’ai vu des retraités particulièrement dynamiques qui ne demandaient qu’à être utiles à leur ville et qui s’engagent au quotidien auprès des jeunes et des moins jeunes sur le plan culturel et économique. »
A-047.jpg

copyright : Aymeric Gobert

Thierry Solère, député de Boulogne-Billancourt, prend à son tour la parole : « Arash, qui est un grand ami, m’a demandé de parler avec les uns les autres de ce sujet des seniors. Je reviens sur ce que vous venez de dire à l’instant. J’ai moi-même 41 ans et quand je suis arrivé à l’Assemblée nationale, je me suis rendu compte que nous étions cinq-six députés UMP dans les Hauts-de-Seine et que le plus jeune – à part moi – avait 65 ans. Et croyez-moi, quand vous avez 41 ans à l’Assemblée nationale, vous vous sentez super-gamin.
Au fond, qu’est-ce qu’un senior aujourd’hui ? Cela dépend vraiment de l’environnement dans lequel vous vous trouvez. En trente ou quarante ans, qu’est-ce qui s’est passé ? En matière d’emploi, lorsque vous regardez les spécificités de la France par rapport à l’Allemagne ou à l’Angleterre, à peine 50 %  de nos 55-60 ans travaillent. Ce qui est incroyable ! Quand vous allez dans les autres pays européens, dans la même catégorie d’âges, vous avez un taux d’emploi de 70-75 %. »
Selon le député des Hauts-de-Seine, cela s’explique par le fait que les politiques publiques ont incité pendant des décennies aux pré-retraites et aux départs volontaires. Thierry Solère analyse la situation actuelle : « Je connais quelqu’un, cadre supérieur, qui est parti à 52 ans en pré-retraite. Il va très bien, il a 65 ans, cela fait déjà treize ans qu’il est en retraite, il a une espérance de vie de vingt ans devant lui.
Autre élément important, l’espérance de vie dans les pays développés a été bouleversée en quarante ou cinquante ans. Avoir 65 ou 70 ans aujourd’hui, cela n’a rien à voir avec 70 ans dans les années 60. Quand vous partiez en retraite vers 65 ans, vous aviez cinq ou six ans d’espérance de vie après votre retraite. Et encore, tout dépendait du déterminisme social. Dans les catégories les plus populaires, la durée de vie après la retraite, c’était souvent deux ou trois ans. Aujourd’hui, cela n’a plus rien à voir. »
Il rappelle qu’il y a un siècle, les enfants vivaient avec les parents. Le lien social était fondamentalement structuré autour de la famille. Les grands-parents apprenaient des choses aux petits-enfants et tout le monde habitait dans la même région. Aujourd’hui, on vit très longtemps et souvent en très bonne santé, mais éloigné de la famille. Thierry Solère croit beaucoup à la sphère associative. À Boulogne-Billancourt, les membres – avant tout masculins – d’une association apprennent les travaux manuels à de jeunes enfants. Ces personnes remplacent le grand-père qui, souvent, n’habite pas en Île-de-France. Cela permet un lien social.
Pour conclure son propos, il signale que le monde de la santé a beaucoup évolué, notamment en mettant en relation des personnes âgées et des jeunes. Dans le département des Hauts-de-Seine, une crèche a par exemple été installée à côté d’une maison de retraite : les personnes âges se retrouvent dans un environnement beaucoup plus gai et les enfants peuvent échanger avec elles. Rassembler tout le monde est une nécessité.
Relançant le débat sur le numérique, Philippe Nahon indique qu’il existe à Courbevoie une association de seniors (des informaticiens à la retraite) qui donnent des cours d’informatique à d’autres seniors, afin de réduire la fracture numérique. Olivier Cimelière en profite pour rappeler que Google est une fenêtre de savoirs pour tout le monde et que les seniors n’y échappent pas. Toutefois, il constate que, depuis deux-trois ans, de nombreuses initiatives se créent également dans le domaine des réseaux sociaux, qui sont de deux types : communautaires (entre seniors actifs ayant des hobbies et des activités en commun) ou d’entraide.
La discussion prend ensuite un ton plus grave lorsque Philippe Nahon présente l’association pour le droit de mourir dans la dignité, dans laquelle il exerce des responsabilités : « L’ADMD regroupe actuellement 50000 adhérents en France. Elle mène un combat politique et pédagogique, de manière à ce que le cadre législatif français, découlant de la loi Leonetti de 2005, s’adapte et évolue dans un sens qui aille plus dans la possibilité de donner aux gens le choix de mourir lorsqu’ils le souhaitent. L’ADMD regroupe une trentaine de délégations départementales et celle des Hauts-de-Seine est la plus grande avec 2000 adhérents.
Pourquoi l’ADMD est-elle présente à ce débat ? Parce qu’au fond on peut considérer que les seniors et les juniors sont dans un même combat face à la mort. La fin de vie n’est pas simplement une perspective lorsqu’on a 80 ou 90 ans, la fin de vie est une perspective à 30, 40 ou 50 ans parce qu’il y a des accidents de la vie, des accidents de la route, toutes les maladies incurables. Tout ce qui fait que la fin de vie nous attend tous un jour ou l’autre, à un moment où on ne s’y attend pas.
Pour les seniors, le problème est un peu plus complexe car à un moment donné de leur existence, ils ne sont plus en mesure d’émettre leurs souhaits ultimes. Et c’est là-dessus que l’ADMD a entrepris depuis plus de trente ans un long travail pédagogique. »
Thierry Solère complète le propos en précisant que ce sont des débats éminemment complexes. Nous vivons de plus en plus vieux, mais cela finit toujours un jour. C’est un sujet de préoccupation très complexe, avec des passions, des problèmes religieux, etc. Mais il ne faut pas faire l’autruche.
Olivier Coredo interroge ensuite Olivier Cimelière sur les avancées de la télémédecine. Le président de la société Heuristik Communication se montre enthousiaste sur le sujet tout en soulignant le retard français : « Le numérique, effectivement, est un vecteur extraordinairement important pour la santé. Ce n’est pas nouveau, cela fait déjà un certain nombre d’années que l’on parle de télémédecine. Tous les outils technologiques fonctionnent et beaucoup d’opérateurs proposent déjà des choses.
Le souci auquel on se heurte en France et dans d’autres pays, c’est d’abord un problème d’infrastructures. Pour faire fonctionner ces outils, cela nécessite de la fibre (notamment pour avoir des débits importants) et du haut débit mobile. Or, on voit bien que l’on n’est pas complétement au top. Il y a des pays beaucoup plus avancés comme la Suède. Même quelqu’un au fin fond d’un fjord pourra être suivi à distance par son médecin, parce que justement il y a des infrastructures extrêmement performantes qui autorisent ce genre de pratiques.
En France, on n’est pas encore totalement au point. Cela marche bien dans les grandes villes parce que les opérateurs y concentrent leurs efforts et leurs investissements, c’est plus rentable. Du coup, il existe une vraie fracture numérique avec les zones rurales qui sont un peu plus délaissées. On sait qu’en zone rurale, là aussi, il y a beaucoup de seniors. Vous allez en Creuse par exemple, il y a essentiellement des seniors qui aimeraient bien restés chez eux et ne pas devoir se déplacer à chaque fois pour faire quelque chose et pas seulement des soins. »
Najwa El Haïté renchérit : « Il faut absolument lutter contre l’éloignement des personnes âgées. À Évry, l’une des réponses, c’est notamment l’habitat. On a lancé dernièrement ce qu’on appelle les Maisons de Marianne, qui offrent à des personnes âgées en perte d’autonomie des services en matière de santé ou de petits travaux. Mais ces résidences ne sont pas uniquement réservées aux seniors, elles sont également ouvertes à de jeunes actifs éligibles au logement social. Cela permet par conséquent une mixité intergénérationnelle et c’est plutôt une réussite.
Cette dernière intervention clôt le débat entre invités. S’ouvre alors le traditionnel « questions-réponses » entre la centaine de personnes présentes dans la salle et les quatre orateurs.
La question qui a retenu l’attention de toute la salle a été lorsqu’un membre de la salle a posé une question à Thierry Solère (député UMP et vice-président du Conseil Général des Hauts-de-Seine) : « Qu’est ce qui vous motive à soutenir le Club « Courbevoie 3.0 », ainsi que son Président Arash Derambarsh ? ». Le député a répondu : « Arash Derambarsh est un ami, nous avons les mêmes valeurs humaines et politiques, et j’aime son dynamisme. Ce Club rassemble et j’y adhère ».
A noter également le soutien de nombreuses personnalités présentes dans la salle dont le groupe des « Nèg Marrons » (Ben J et Jacky Brown), de Doc Gyneco, de Jonas Haddad (Secrétaire national UMP en charge de l’Entrepreneuriat des jeunes), de Michael Migueres (UMP Paris 16e) et de la section UMP de Boulogne Billancourt (Mathieu Barbot, Julien Binet, Benoit Paris ou encore Antoine de Jerphanion). Merci !
Texte de Jean-Philippe Elie.
Prochaine réunion le lundi 13 mai !
senior1.jpg Présence et soutien du groupe des « Nèg Marrons » (Ben J et Jacky Brown) et de Doc Gyneco. copyright : Benoit Paris 

A-069.jpg Présence et soutien de Jonas Haddad (Secrétaire national UMP en charge de l’Entrepreneuriat des jeunes) et de Michael Migueres (UMP Paris 16e). copyright : Aymeric Gobert
A-107.jpg Présence et soutien de la section UMP de Boulogne Billancourt (Mathieu Barbot, Julien Binet, Benoit Paris ou encore Antoine de Jerphanion). copyright : Aymeric Gobert

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén & With support of Alexandre Balmes