Blog officiel d'Arash Derambarsh

Avocat et élu à Courbevoie

Arash Derambarsh reçoit en Suède le Nobel du développement durable

Interview Arash Derambarsh sur France Info TV avec Patricia Loison
Arash Derambarsh, avocat au barreau de Paris à l’origine de la loi contre le gaspillage alimentaire en 2016, est récompensé du prix Win Win, l’équivalent du Nobel pour le développement durable.
C’est un avocat français qui décroche le « Nobel » du développement durable en 2019. Le prestigieux « Win Win », lui a été, en effet, décerné, le jeudi 31 octobre, par la ville suédoise de Göteborg. Inscrit au barreau de Paris, Arash Derambarsh est récompensé pour « son travail constant et son engagement sans faille pour la cause alimentaire ».
 
 
C’est la première fois qu’un Français reçoit le prix, qui est l’équivalent du Nobel pour le développement durable. Des personnalités internationales de premier plan l’ont reçu par le passé : l’ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan en 2011, l’ancien vice-président des États-Unis Al Gore en 2007 ou encore le maire de Séoul, Park Wan-soon, en 2016.
 
 
 
Arash Derambarsh, qui a prêté serment à la Cour d’appel de Paris en 2018, est à l’initiative de la loi votée en 2016 contre le gaspillage alimentaire, une réussite qui a inspiré d’autres pays dans le monde. L’avocat au barreau de Paris, élu à Courbevoie, est aussi à l’origine de deux pétitions majeures, l’une française avec plus de200.000 signatures, l’autre, européenne avec plus de 1,6 million de soutiens. Il ambitionne aujourd’hui de transposer la loi à un niveau européen.
 
Cette loi permet de distribuer plus de 10 millions de repas chaque année aux associations et d’augmenter les dons alimentaires de 22 % en France.
 
Revue de presse :
1) « Nobel du développement durable : l’avocat Arash Derambarsh récompensé » (RTL)
https://www.rtl.fr/actu/international/nobel-du-developpement-durable-l-avocat-arash-derambarsh-recompense-7799341671/amp
2) « Arash Derambarsh décroche le Nobel du développement durable » (Le Figaro)
https://www.lefigaro.fr/decideurs/portraits/arash-derambarsh-decroche-le-nobel-du-developpement-durable-20191025
3) « La croisade anti-gaspillage d’Arash Derambarsh primée en Suède » (Le Parisien)
http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/la-croisade-anti-gaspillage-d-arash-derambarsh-primee-en-suede-28-10-2019-8181921.php
4) « Développement durable : un Français reçoit le prix win win pour son engagement contre le gaspillage alimentaire »
(Europe 1)
https://www.europe1.fr/emissions/axel-de-tarle-vous-parle-economie/developpement-durable-un-francais-recoit-le-le-prix-win-win-pour-son-engagement-contre-le-gaspillage-alimentaire-3928501
5) « La loi contre le gaspillage alimentaire récompensée à Göteborg » (Le Petit Journal)
https://lepetitjournal.com/stockholm/la-loi-contre-le-gaspillage-alimentaire-recompensee-goteborg-267763
6) « Arash Derambarsh : « Mettre le gaspillage alimentaire au cœur des discussions diplomatiques » (RFI)
http://www.rfi.fr/emission/20191101-arash-derambarsh-laureat-prix-win-win
7) « Un Français reçoit le prix Win Win pour son combat contre le gaspillage alimentaire » (France Info)
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/restauration-hotellerie-sports-loisirs/un-francais-recoit-le-prix-win-win-pour-son-combat-contre-le-gaspillage-alimentaire_3685625.html
8) « Arash Derambarsh, initiateur de la loi contre le gaspillage alimentaire en France, décoré en Suède » (AFP)
https://www.lefigaro.fr/flash-actu/arash-derambarsh-initiateur-de-la-loi-de-2016-contre-le-gaspillage-alimentaire-decore-en-suede-20191031

Gaspillage alimentaire : Arash Derambarsh récompensé du Prix « Win Win » pour son combat

Le Figaro avec AFP

Il est à l’initiative de la loi adoptée en 2016 en France contre le gaspillage alimentaire : le Français Arash Derambarsh a remporté mardi le prix du développement durable de la ville suédoise de Göteborg, pour « son travail constant et son engagement sans faille » pour la cause alimentaire.

« Il est parvenu à faire adopter par le gouvernement français une loi interdisant aux supermarchés et restaurants français de jeter des denrées alimentaires consommables », a fait valoir le jury dans sa décision.

La loi française contre le gaspillage alimentaire, votée le 3 février 2016, interdit aux grandes surfaces de plus de 400 m2 de jeter de la nourriture et de rendre leurs invendus impropres à la consommation, sous peine d’amende.

Elle rend aussi obligatoire le recours à une convention pour les dons réalisés entre un distributeur de denrées alimentaires et une association caritative.

Arash Derambarsh est le premier Français à recevoir la distinction. Il rejoint des noms comme ceux de l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, lauréat en 2011 et de l’ex-vice-président américain Al Gore, lauréat 2007.

« Il ne s’agit pas d’un prix récompensant ma personne mais de la concrétisation d’une loi passée en France -une première [du genre] dans le monde », a réagi à l’AFP Arash Derambarsh.

A lire sur LE FIGARO

Gaspillage alimentaire : la méthode d’Arash Derambarsh (AFP Video)

Gaspillage alimentaire : la méthode d’Arash Derambarsh (AFP Video)

Le Parlement a définitivement adopté, mercredi 3 février, une série de mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire. Le conseiller municipal de Courbevoie, Arash Derambarsh, initiateur et la loi et d’une pétition signée par plus 900.000 soutiens, était dans les tribunes.
Depuis un an, il travaille d’arrache-pied pour influer sur le sort des invendus des supermarchés.
Quel est sa méthode ?
Reportage de l’AFP TV

 

Arash Derambarsh - AFP

Arash Derambarsh – AFP

 A lire également sur Arash Derambarsh :
 —————— —————— ——————
 —————— —————— ——————
———-
———-
———-
———-
———-
———-
———-
———-
———-
———-

Distribution gratuite de 2000 cartables à Courbevoie

9 septembre 2020, Arash Derambarsh et ses amis du club « Courbevoie 3.0 » ont distribué 2000 cartables et fournitures scolaires aux enfants de Courbevoie. Un don a également été fait aux enfants de Beyrouth (Liban) qui ont souffert de l’explosion provenu le 4 août 2020. Merci à tous les soutiens :

– Pierre Menes (notre parrain)

– Groupe Dentsu Aegis Network

– Sylvain Bonnet (Beauty Sané)

– Groupe Carrefour

– IT 4 Girls

– Ville de Courbevoie (Monsieur le Maire Jacques Kossowski)

Merci à tous les bénévoles !
A lire :
1) Le Parisien « Courbevoie : 2 000 cartables offerts aux élèves de la ville »

2) Stéphane Larue News : « Arash Derambarsh, Pierre Menes et Dentsu Aegis distribuent 2000 cartables aux enfants de Courbevoie »

L’avocat Arash Derambarsh, défenseur des agriculteurs, disculpé par une enquête journalistique


Le site d’information « WikiaAgri » (dédié au monde agricole et à l’univers agro-alimentaire) a publié un article fondé sur l’enquête d’investigation du site d’information le « Courrier de l’Atlas » .

Cet article est intitulé « L’avocat Arash Derambarsh, défenseur des agriculteurs, disculpé par une enquête ».

Le site d’information « WikiaAgri » rappelle qu’Arash Derambarsh est le premier avocat de France à avoir gagné un procès de l’agribashing en faveur de l’agriculteur contre son agresseur.

L’article rappelle qu’Arash Derambarsh a récemment été mis en cause, accusé de plagiat pour sa thèse de droit. Aujourd’hui, à la faveur de cette enquête journalistique qui montre les défaillances de cette accusation, il contre-attaque, et porte plainte.

Affaire du plagiat : innocenté par une enquête journalistique, Arash Derambarsh annonce déposer une plainte

Une longue enquête du « Courrier de l’Atlas » disculpe Arash Derambarsh de toute responsabilité concernant l’affaire du supposé plagiat de sa thèse. Cette enquête édifiante du journaliste Yassir Guelzim met en lumière des dysfonctionnements importants de l’Université Paris 1 la Sorbonne et confirme sa mauvaise foi.

Le 11 décembre 2015 Arash Derambarsh soutenait sa thèse, qui était validée par les directeurs de l’école doctorale eux-mêmes (NDLR : François-Guy Trébulle et Patrice Jourdain).

Dans l’enquête précitée, nous apprenons que : 

– C’est l’école doctorale de la Sorbonne qui a pris la décision de rendre l’accès à la thèse confidentiel jusqu’en 2047 et a elle-même signé cette décision. La signature d’Arash Derambarsh et des membres de son jury ne s’y trouve pas.

– Lors du conseil disciplinaire, de nombreuses pièces ont été écartés de façon curieuse et arbitraire par le rapporteur Jérôme Glachant et ses membres : l’attestation de témoins prétextant que certains habitent dans la même ville que Monsieur Derambarsh (ndlr : Courbevoie), un constat d’huissier pour prouver la bonne version et des témoignages.

– Après avoir analysé sa thèse, le « Courrier de l’Atlas » confirmera qu’il n’y a pas de plagiat mais des erreurs méthodologiques et un manque patent de formation.

– Fait étonnant : l’enquête du « Courrier de l’Atlas » affirmera que l’Université Paris 1 La Sorbonne est coutumière des dysfonctionnements puisque 300 thèses ne sont toujours pas enregistrées à cause d’une défaillance informatique de son école doctorale.

– Enfin et surtout, le « Courrier de l’Atlas » pointe du doigt le rôle d’un compte Twitter délateur (Thèse et Synthèse), créé avant le premier tour des élections municipales.

Celui-ci ayant fait pression sur l’Université de Paris 1 La Sorbonne et le maire de Courbevoie, Jacques Kossowski, en publiant plus de 1000 tweets à l’encontre d’Arash Derambarsh. Des tweets alternant souvent diffamation, cyberharcèlement et atteinte à des données personnelles.

Le « Courrier de l’Atlas » affirme que se cachent derrière ce compte anonyme deux professeurs et un opposant politique local LAREM à Courbevoie.

Arash Derambarsh confirme avoir déposé une plainte et une enquête de la police judiciaire est en cours.

Sources journaux et sites d’information :

Le Courrier de l’Atlas

France Soir

Stéphane Larue

Arash Derambarsh : « Cette situation me fait penser au Procès de Kafka »

Maître Arash Derambarsh

Interview dans le journal France Soir à lire ici : L’avocat et adjoint au maire de Courbevoie s’exprime pour la première fois après l’annonce fin juillet de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne de l’exclure de tout établissement supérieur et d’annuler sa thèse en Droit, sur fond d’accusations de plagiat. Décision qu’il conteste et dont il a fait appel.

Par ailleurs, à lire également cet article sur le site de Stéphane Larue

Gaspillage alimentaire : AL GORE félicite Arash Derambarsh pour le Win Win Award

Gaspillage alimentaire : le Vice-Président américain Albert Arnold Gore, Jr. (dit AL GORE) a apporté son soutien à Arash Derambarsh. Il l’a félicité pour son prix Win Win (équivalent du prix Nobel pour le développement durable).

Food waste : US Vice President Albert Arnold Gore, Jr. (AL GORE) supports Arash Derambarsh. He congratulates him on his Win Win Award (equivalent of the Nobel Prize for Sustainable Development)

La Gloire de mon Père, Kioumars DERAMBAKHSH par Arash Derambarsh

Mon Père, Kioumars DERAMBAKHSH, est décédé le mardi 31 mars 2020 du Covid 19.

C’était un très grand artiste et un Père formidable à qui je souhaite rendre hommage.

La biographie de Kioumars Derambakhsh

Mon Père, Kioumars DERAMBAKHSH, est décédé à 74 ans du « Coronavirus – Covid 19 » le mardi 31 mars à l’hôpital Broca (Paris 13ème).

Sa mort restera comme un moment très douloureux tant par sa situation deshumanisante que par sa rapidité foudroyante.

Kioumars DERAMBAKHSH était un très grand réalisateur et cinéaste français d’origine persane (iranienne). Cinéaste, photographe et pionnier du film documentaire en Iran, il a réalisé plus d’une centaine de films.

Il est non seulement un artiste de grand talent mais aussi d’une gentillesse et d’un humanisme extrême. Un homme de culture qui avait beaucoup de valeurs, doué d’un grand sens de l’humour et un orateur d’exception, toujours proche du peuple et de la nature.

Kioumars est né le 25 décembre 1945, par un jour de Noël. Il neigeait. La deuxième guerre mondiale venait de se terminer. C’est peut-être pour cette raison qu’il s’est dirigé vers la réalisation de films pour la défense des opprimés, de l’environnement et de la lutte contre la guerre et l’injustice,

Enfant, il a été scolarisé à l’école franco-iranienne de Saint-Louis. Il y avait de nombreuses écoles de ce type à l’époque : Râzi, Jeanne D’arc, Madame Arica, … Parce qu’effectivement, c’était la culture française qui primait en ce temps-là. A Saint-Louis, on enseignait la langue et la littérature persane la moitié de la journée, et durant l’autre moitié, la langue et la littérature française. C’est ainsi qu’il s’est familiarisé avec l’histoire comme Charlemagne, la Révolution française ou encore les méfaits du gouvernement de Vichy dès l’âge de six ans. A sept ans, il s’amusait déjà à construire la Tour Eiffel en maquette.

Cette école projetait également deux fois par semaine des films français. Des classiques comme ceux de Jean Rouch ou encore des documentaires variés. Ces derniers lui ont beaucoup apporté, au point de déterminer son parcours professionnel. Kioumars faisait effectivement partie de la troisième génération des écoliers issus de cet institution. Anecdote amusante : Nimâ et Hedayat avaient précédé sa venue. Sur la banquette même où il avait l’habitude de s’installer, il y avait leurs signatures, ce qui l’a amené plus tard à faire deux films sur la vie de ces deux immenses écrivains.

Mais un événement tragique va tout faire basculer.

En février 1979, la révolution islamique éclate en Iran. Mon Père et ma Mère, enceinte de mon frère jumeau (Sia) et de moi, décident de venir en France, pays des Lumières. Mon Père connaissait bien puisqu’il avait couvert les événements de Mai 1968 en prenant des photos pour le magazine « Paris Match » et différentes agences de presse. Il était déjà très ami avec les grands artistes et intellectuels iraniens comme Abbas Attar, Reza Deghati ou encore Abbas Kiarostami.

Du fait de ce parcours humaniste et bienveillant, Kioumars s’est souvent ainsi exprimé sur la condition de la classe ouvrière dans des discours engagés et militants.

Au Festival des Arts de Shiraz à Persepolis, il reçoit le prix du meilleur film pour « les Chameliers du Désert » qui est le tout premier film qu’il réalise à l’époque. Un documentaire qui reflète clairement sa pensée et son engagement pour la défense du peuple.

« Le Voyage du Printemps » qui raconte les derniers jours de la vie de Sadegh Hedayat, « La Chouette Aveugle » et Nima Youchidj, grande figure de la poésie contemporaine iranienne, sont tous des films qui témoignent de l’intérêt qu’il porte pour les grands maîtres de la littérature persane.

Kioumars va ensuite continuer son travail dans le « cinéma documentaire » en valorisant le travail des mineurs ; des hommes qui mettent leur vie en danger dans des mines de charbon ou des pierres de turquoise. Ce documentaire s’interroge sur leur identité et leur sécurité pour mieux dénoncer leurs conditions de travail et les maladies qu’elles peuvent provoquer.

Pendant des années, accompagné de son épouse Soraya (Sarah), il part à la visite des villages et de la vie traditionnelle des nomades en Iran. Ce couple aura été soudé durant une cinquantaine d’années. Ils symbolisent à eux la véritable définition de l’Amour et des valeurs du couple.

A travers ses films, Kioumars raconte une aventure humaine pour valoriser les communautés Bakhtiari, Turkmènes, les tribus Qashqais, les temples Zoroastriens ou encore la magnifique communauté juive en Iran. Il a ainsi fait un documentaire fabuleux sur le Tombeau de la Reine Esther et Mordecai, tous deux enterrés en Iran.

Il avait beaucoup d’affection et d’amour pour les autres au point de les valoriser.

Kioumars Derambakhsh se sensibilise plus tard aux enjeux de l’écologie, au climat et à l’environnement.

En 1992, il réalise donc le film « Attention », avec la participation de son frère Kambiz DERAMBAKHSH (grand caricaturiste et dessinateur, décoré Chevalier des Arts et les Lettres en 2014). Ce film sera diffusé en prime time sur France 3.

Il réalisera également un autre chef d’œuvre cinématographique, « Les Respirations de Maryam » ; l’histoire vraie d’une jeune fille de la Province de Téhéran, atteinte d’une maladie de la respiration due à la pollution.

Enfin, il a également rendu hommage à un grand personnage : Eugène Napoléon FLANDIN, explorateur et peintre français.

Kioumars DERAMBAKHSH est né à Téhéran et il nous a quitté à Paris dans le 13ème arrondissement, lieu de notre naissance à moi et mon Frère. Tout un symbole pour cette transmission du flambeau qui nous oblige dorénavant. Il est enterré dans la ville de Courbevoie (92). Il laissera un grand patrimoine culturel à son actif. A nous de le cultiver et le transmettre dorénavant.

Petit, lorsque nous prenions le métro avec mon Père, il aimait nous dire lorsque nous arrivions à la bonne station : « Terminus, tout le monde descend ».

Mon cher Père, nous nous retrouverons forcément sur un quai ensemble. Pour fêter la Gloire de mon Père.

1. Vana News

2. LCI

3. Actu

4. Radio Capitole

5. Radio Farda

6. Kayhan Life

7. RFI

Pour un hommage national aux victimes du Coronavirus par Arash Derambarsh

Arash Derambarsh a publié, sur le site « La Règle du jeu », une tribune intitulée « Pour un hommage national aux victimes du Coronavirus« 

Vous pouvez également la lire ici :


L’avocat Arash Derambarsh a perdu son père, mort du Covid-19. Il raconte le difficile deuil des familles et plaide pour un hommage national aux victimes.

Monsieur le Président,

Nous sommes le dimanche 29 mars 2020. Il est 21h à Paris lorsque le téléphone sonne. C’est l’Hôpital «La Broca». Celui-ci nous annonce que mon père est testé positif au coronavirus. L’angoisse nous submerge.

L’hôpital nous informe être dépassé par le nombre croissant de patients souffrant du Covid-19. La situation est insoutenable et elle l’est pour nous, nous devons attendre. À ce moment-là, mon Père n’a que de la fièvre.

Mardi 31 mars, il est 6h du matin, je m’éveille à peine. Il y a un appel en absence. Immédiatement, ce numéro m’est familier:c’est l’Hôpital. L’heure matinale de ce coup de téléphone est inhabituelle pour une bonne nouvelle.

Saisi d’une urgence, j’appelle avec un mauvais pressentiment. L’interne décroche toute suite et le couperet tombe;mon Père est mort à 5h34 à l’âge de 74 ans. Emportant avec lui nos souvenirs, Kioumars Derambakhsh était un grand cinéaste français d’origine iranienne.

Quelques secondes après cette annonce violente, l’interne me prévient que je n’ai que deux heures pour venir faire mes adieux à celui que j’ai tant aimé, mon Père. Dans le cas contraire, l’Hôpital sera dans l’obligation de faire évacuer le corps en raison de la crise sanitaire.

Malgré la souffrance, je réveille ma Mère en urgence pour lui annoncer l’indicible. Un cri de douleur résonne dans l’appartement. L’homme qui a partagé plus de cinquante années de sa vie vient de décéder.

Le temps semble suspendu dans la tristesse lorsque le taxi nous dépose enfin à l’Hôpital. Le protocole est strict:

une blouse, une charlotte, un masque. Et même si les larmes inondent le visage de ma mère, nous devons garder une distance ainsi que pour le défunt. Aucun contact, aucun réconfort.

Nous commençons notre périple au travers des dédales l’Hôpital «La Broca» qui venait d’ouvrir au troisième étage une unité «Covid-19». Nous traversons un champ de guerre au lieu d’un couloir d’Hôpital. À chaque pas, à chaque chambre, une personne agonise.

Nous arrivons face à la porte 336, la chambre où mon père est étendu sur son lit. Son visage est serein, un apaisement presque étrange dans cette cacophonie. Encore une fois, nous n’avons ni le droit de le prendre dans les bras, ni de l’enserrer contre notre cœur;cette chaleur humaine est strictement interdite.

Je suis à deux mètres de lui, ma mère pleure à chaudes larmes derrière moi sans qu’une quelconque marque d’affection soit possible, c’est froid, presque clinique. Ce n’est un aurevoir qu’à demi-mot.

Un adieu bref pour un grand Homme. L’interne nous informe que nous n’avons seulement cinq minutes, à cause d’un virus très contagieux.

À cette issue, nous remercions chaleureusement le personnel soignant, pour son courage et son dévouement. Au quotidien, ils font un travail admirable pour accompagner les familles endeuillées. Mais surtout et avant tout, ils aident les malades et risquent leur vie alors que dépourvus d’équipement. Ces héros sont en première ligne pour sauver des vies.

Une semaine s’est écoulée, mon Père est enterré au cimetière de Courbevoie. Nous ne serons que quatre alors que plusieurs centaines d’amis proches souhaitaient honorer sa mémoire pour un ultime adieu. Le confinement empêchant tout rassemblement, personne n’a pu se prendre dans les bras, se soutenir ni s’embrasser. Un deuil solitaire, presque glaçant.

Malgré tout, nous remercions le maire de Courbevoie, Monsieur Jacques Kossowski, les fonctionnaires ainsi que tous les élus locaux qui sont en deuxième ligne, partout en France, pour accompagner les concitoyens.

Mon Père est mort de la même façon que Julie, Christian, Paul, Catherine, Jeanne, Mohamed, Paul, Jeanne, Colette ou encore Jean-François.

Tous ont un point commun:aucun n’a eu l’hommage qu’il mérite, ni l’accompagnement pour leur dernier repos. Dans notre République, accompagner ses morts est une marque de respect et de valeurs fondamentales.

En France, plus de 40.000 personnes vont mourir du Coronavirus Covid-19:à l’Hôpital, dans un Ehpad, dans une maison de retraite, au domicile, dans une clinique et même dans la rue pour certains sans domicile fixe.

Pour les proches ainsi que les familles, cette situation est déshumanisante et d’une tristesse si profonde.

Ce problème va pourtant bien au-delà du drame familial. En effet, en temps de guerre, chaque malade décédé est un mort pour la Nation. C’est un deuil qui nous concerne tous. Toutes ces victimes qui sont tombées face à l’ennemi invisible méritent de mourir dans la dignité. Appelons-en à notre patriotisme face à une situation sans précédent dans notre histoire. Nous pouvons en notre âme et conscience honorer nos morts en décrétant un deuil National.

Ainsi, en décidant de ce deuil National, Monsieur le Président, vous enverrez un signe fort aux enfants de notre Nation selon lequel chaque être Humain mérite de mourir dans la dignité.

Arash Derambarsh TEDxEMLYON : Tomber 9 fois, se relever 10

Arash Derambarsh n’est pas seulement célèbre pour avoir redoublé 9 fois avant de devenir Docteur en droit et Avocat au Barreau de Paris. Très vite, il se bat avec contre le gaspillage alimentaire et parvient, avec des collègues, à faire voter la loi du 3 février 2016 qui empêche dorénavant les supermarchés de jeter leur nourriture invendue en France. Il reçoit le prix « Win Win », équivalent du Prix Nobel du développement durable. Le magazine « Foreign Policy » le classe alors dans les 100 personnalités mondiales de l’année 2016.. Ce véritable pourfendeur du gaspillage vient partager avec nous l’histoire d’un glorieux mais acharné combat contre l’échec. Arash Derambarsh est élu conseiller municipal à Courbevoie, Avocat au Barreau de Paris et Docteur en droit

Arash Derambarsh et Jacques Kossowski à Vitaville Courbevoie

Arash Derambarsh et Jacques Kossowski ont rendu visite aux associations lors de la fête « Vitaville » à Courbevoie

Arash Derambarsh fait son entrée dans le Who’s Who édition 2020

Arash Derambarsh fait son entrée dans le Who’s Who édition 2020

Premier procès de l’agribashing par Maître Arash Derambarsh, l’agresseur condamné !

Affaire « Agri-Bashing ». Victoire dans un procès au Tribunal correctionnel de Saintes que Maître Arash Derambarsh a plaidé pour la défense des agriculteurs. L’agresseur de l’agriculteur a été condamné à verser 3000 Euros.

Informations ici

Arash Derambarsh chante la Marseillaise à l’Olympia lors des Restart Awards

Conférence d’Arash Derambarsh pour les « Restart Awards » le mardi 1er octobre à L’Olympia devant 2000 personnes sur le gaspillage alimentaire et l’échec scolaire

Conférence contre le Gaspillage Alimentaire le mercredi 16 octobre 2019 à 18h30 à Courbevoie

A l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation et la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire,

Nous avons le plaisir de vous inviter à cette conférence exceptionnelle en présence de

Arash Derambarsh,Xavier BertrandFrédéric DaerdenGeneviève Wills (Programme Alimentaire Mondial – ONU) et Dorian Dreuil (Action contre la Faim)

Modérateur : Éric de la Chesnais (chef du service agriculture Le Figaro)

Mercredi 16 octobre à 18h30 au CENTRE ÉVÉNEMENTIEL DE COURBEVOIE (7 Bd Aristide Briand 92400 Courbevoie)

Gaspillage Alimentaire : Programme d’Arash Derambarsh

Gaspillage Alimentaire : Programme d’Arash Derambarsh pour septembre, octobre, novembre et décembre 2019

Page 1 of 22

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén & With support of Alexandre Balmes