Le blog officiel d'Arash Derambarsh

Arash Derambarsh – Élu LR de Courbevoie

Finale titanesque pour un XV de France héroïque

Un match titanesque.

Quelle frustration ! La France s’est inclinée d’un petit point en finale de la Coupe du monde face à la Nouvelle-Zélande (8-7), à l’Eden Park. Les Bleus, vaillants jusqu’au bout, échouent dans la quête du trophée Webb Ellis pour la 3e fois après 1987 et 1999. C’est le 2e titre pour les All Blacks.
L’équipe de France de rugby avait l’oeil du tigre en finale de la coupe du monde ! Elle a perdu mais avec les honneurs…
Et cela a commencé dès le haka des All Blacks.
avec-thierry-dusautoir-en-fer-de-lance-lcopyright : reuters
Pourtant, la prestation du XV de France durant son parcours avait laissé craindre le pire pour la finale face à la Nouvelle-Zélande. Mais les Bleus ont su se montrer à la hauteur de l’événement malgré la défaite (7-8). Formidables d’engagement, les hommes de Marc Lièvremont ont su faire douter les Blacks de la première à la dernière minute et pourront nourrir des regrets.
Qu’importe, cette finale restera historique.
Le XV de France a fait honneur à nos couleurs. Bravo !
Haka de la finale et le V de l’équipe de France                    

copyright : tf1

Résumé de la finale France – Nouvelle Zélande                                

Previous

PARIS : La Légende de Nicolas Flamel et de la Pierre philosophale

Next

FIAC 2011 : Le Paris de la Culture, de l’Art et du Design

1 Comment

  1. On parle de deliquescence en pointant du doigt les responsables de la ligue, de la fede, les presidents de clubs a paillettes… mais au final, que trouve-t-on derriere tour ca ? Une merchandisation a outrance du rugby, un pouvoir financier disproportionne qui s’arroge d’emporter toutes les decisions majeures de l’evolution du rugby pro en France. Il ne s’agit pas de contester l’omnipresence de l’argent – on parle bien d’un sport professionnel, ne l’oublions pas – mais bien d’en contrer l’omnipotence.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén & With support of Alexandre Balmes